Volpone














J’ai mis du temps à me décider à voir cette pièce. Je dois avouer ne pas être une adepte du théâtre classique… J’ai toujours cette crainte de collégienne de ne rien comprendre.

Ce sont finalement les nombreux et excellents avis que j’ai lus qui m’ont fait franchir la porte du théâtre de La Madeleine le 7 décembre dernier, et je n’ai pas regretté.

Volpone est vieux et très très riche, ce qui a le don d’attirer son entourage… surtout quand il a la bonne idée de faire semblant d’être mourant. En effet, l’originalité de cette course à l’héritage est qu’elle est minutieusement orchestrée par le vieux Volpone lui-même et son malicieux major d’homme, Mosca. Tous deux jouent avec une belle complicité et profitent des amis intéressés qui feraient tout pour que leur nom soit inscrit sur le testament… Mais qui rira le dernier?

On oscille entre drame et farce, et malgré un passage vers la fin qui m’a mise un peu mal à l’aise, j’ai été complètement captivée et amusée par cette pièce. On notera entre autres le jeu impeccable de Nicolas Briançon qui incarne la manipulation même de Mosca jusqu’au bout des doigts. Grégoire Bonnet réussit quant à lui à nous offrir un vrai one man show au milieu d’une troupe de comédiens talentueux.

Volpone (Roland Bertin) et son serviteur Mosca (Nicolas Briançon)

J’ai trouvé le décor d’une grande beauté. Il avait un côté intemporel qui le rendait fascinant. Trois danseurs viennent mystifier cette ambiance et habiller les changements de scènes. Ils apportent tellement que leurs apparitions se font même trop rares !

Autant je n’avais pas trop apprécié « Songe d’une nuit d’été », autant je peux reconnaître que ces deux pièces ont de commun une mise en scène qui en jette. Pour cette raison, et pour toutes celles évoquées plus haut, je vous recommande ce « Volpone » qui ne se joue que jusqu’au 6 janvier 2013. Dépêchez-vous !

Haut de page