Cowboy Mouth à la Gaité Montparnasse

La petite fiche
  • De Sam Shepard & Patti Smith
  • Par Nicolas Tarrin
  • Avec Marie Barraud & Cali
  • Au Théâtre de la Gaîté Montparnasse
  • Du mardi au samedi à 19h, samedi à 16h30
  • À 11€ sur billetreduc
  • 4/5

Imaginez un poème

Un poème avec des monstres dehors et à l’intérieur

Un poème avec de l’amour
Un poème avec tout le reste aussi

Un poème où tout va bien
Un poème où tout va mal en même temps

Un poème avec des enfants
Des grands enfants
Qui jouent, qui inventent
Qui construisent
Pour mieux détruire

Imaginez une musique de Patti Smith
Imaginez de l’alcool. Fort.

Imaginez un beau voyage.

 

C’est ce que j’ai vécu il y a quelques jours à La Gaité Montparnasse.

 

On est dans une chambre du Chelsea Hotel, plongés dans l’ambiance new yorkaise des années 70. Cavale, une femme qui semble avoir perdu ses repères mais pas ses rêves, retient Slim en otage et veut faire de lui une star du rock. Elle n’est pas vraiment un bourreau, pas vraiment un cowboy, pas vraiment une criminelle. Il n’est pas vraiment une victime, pas vraiment un amant, pas vraiment un ami…
Patti Smith et Sam Shepard lors d'une représentation de Comboy Mouth en 1971

Patti Smith et Sam Shepard lors d’une représentation de Cowboy Mouth en 1971

 

Tous deux se racontent des histoires, se cherchent, tombent, se relèvent, se repoussent, se retiennent…
On assiste à leur passion. On imagine Patti Smith et Sam Shepard. Ils ont écrit Cowboy Mouth en deux nuits, et on sent la fièvre fugitive de leur collaboration.

 

Marie Barraud incarne une Cavale forte, ses émotions se lisent sur tout son corps.
Cali, plus hésitant, a cette candeur touchante. C’est un grand enfant qui monte sur les planches, un enfant qui a été touché par cette histoire et qui ne peut cacher son bonheur de jouer cette pièce.
Leurs intentions sont palpables, j’ai senti l’envie. Je me sentais, sur mon siège, autant impliquée qu’eux. J’ai eu des frissons d’émotion, j’ai été surprise, j’ai ri aux larmes… Je n’ai pas tout compris aussi, et c’est cette impression d’avoir rêvé avec eux qui m’a fait sortir de la Gaité revigorée. Et un peu ailleurs.

 

Si vous avez envie de rêver, ne manquez pas Cowboy Mouth.
Haut de page