Catégorie : Critique

Denise Jardinière vous invite chez elle

La petite fiche
  • De Thibaut Boidin
  • Par Thibaut Boidin
  • Avec Thibaut Boidin
  • Au Théâtre des Blondes Ogresses, 28 Rue Etex, 75018 Paris
  • Du Chaque lundi à 21h
  • 5/5

thumbnail-903367-articleQue diriez-vous d’une expérience théâtrale un peu troublante ?

A l’origine de cette expérience, on retrouve Thibaut Boidin, connu pour tenir le rôle principal de la comédie musicale Peter Pan.

Voulant jouer un personnage aux antipodes de ce dernier qu’il interprète depuis 8 ans, Thibaut a créé son propre seul en scène autour d’un personnage féminin des plus déroutants. Et pour accueillir cette création, Thibaut nous déniché une salle… des plus déroutantes.

Le spectacle s’appelle « Denise Jardinière vous invite chez elle » et c’est donc il y a maintenant 2 ans que, motivée par une amie qui l’avait déjà vu, je me suis retrouvée à vivre une expérience que je n’oublierai pas de sitôt. Mon amie a eu l’excellente sagesse de ne strictement rien me dire avant, je vais me faire violence et essayer d’en faire de même.

Je peux juste vous dire que je me suis sentie comme une enfant pendant cette soirée. Je ne savais pas bien vers où on m’emmenait, j’avais peur mais je ne comprenais pas pourquoi, je riais nerveusement… Et enfin, j’étais captivée par l’histoire qu’on me racontait et j’avais même envie qu’on me la raconte une seconde fois.

C’est une belle création et une expérience troublante qui vous fait tout oublier le temps d’une soirée… y compris vos repères.

Depuis cette découverte, j’ai eu l’occasion d’y retourner maintes et maintes fois. Le spectacle évolue et n’est jamais le même, et c’est toujours un plaisir de le faire découvrir et d’observer la réaction de ses amis.

Si vous y allez, je serai vraiment curieuse d’avoir vos impressions.

Vous pouvez réserver en lui écrivant sur Twitter à @Denisejardinier ou sur la page Facebook Denise Jardinière vous invite chez elle.

Alors, tentés?

DJ

Rejoindre la discussion

Les Cartes du Pouvoir au Théâtre Hébertot

La petite fiche
  • De Beau Willimon
  • Par Ladislas Chollat
  • Avec Raphäel Personnaz, Thierry Frémont, Elodie Navarre, Roxane Duran, Francis Lombrail, Julien Personnaz, Adel Djemai, Jeoffrey Bourdenet
  • Au Théâtre Hébertot 78 bis, boulevard des Batignolles 75017 Paris
  • Du Du mardi au samedi à 21h, samedi 15h30 & dimanche 18h jusqu'au 30 décembre 2014
  • 4/5

Quel casting !
Quand j’ai vu l’affiche débarquer dans les couloirs du métro parisien, j’ai de suite été interpellée.
Par Elodie Navarre (que j’avais adorée dans Sunderland), par Roxane Duran, par Thierry Frémont, par Francis Lombrail et… par le joli minois de Raphaël Personnaz que je ne connaissais pas. On ajoute à cela une mise en scène de Ladislas Chollat et il n’en fallait pas moins pour me faire réserver les yeux fermés.

Je me suis ensuite demandée quel texte avait bien pu réunir tout ce beau monde. Et là… je dois avouer que le pitch ne m’a pas emballée. Que l’auteur de la pièce originale, Beau Willimon, soit celui de la série House Of Cards n’a pas non plus été un argument de choc (je ne regarde aucune série)(ne me jetez pas la pierre).

Ce pitch officiel, le voici :

Les Cartes du Pouvoir, traite de l’évolution psychologique des personnages, lors de l’élection du candidat démocrate des primaires américaines, dans une atmosphère de comédie de mœurs où l’engagement humain, professionnel et privé, se fait et se défait lorsqu’il est confronté à la grandeur et à la décadence de la cynique quête du pouvoir.

Stephen Bellamy, attaché de presse et conseiller de campagne du gouverneur Morris est jeune, séduisant, brillant, ambitieux et déjà très expérimenté. Il prépare les primaires de la présidence américaine, sous la tutelle de Paul Zara, directeur de campagne incontournable qu’il admire et dont il a toute la confiance. Tous deux, profondément convaincus de leurs idéaux politiques et sociaux, s’engagent honnêtement, avec une solidarité indéfectible dans ce combat électoral.

Mais il faut gagner … Dans le jeu des Cartes du Pouvoir, la trahison est-elle inéluctable

Alors, cela vous emballe ?

Après avoir lu cela, j’ai pris peur : je me suis dit mon dieu je vais m’ennuyer. Je vais voir des comédiens que j’adore mais je vais être larguée au premier dialogue.

Hé bien que nenni ! J’ai été captivée pendant 1h50 (bon ok, 1h40, mais j’avais une dure journée de boulot derrière moi).

C’est un jeu de manipulation qu’on suit comme un thriller. Les cartes du pouvoir_photoEt malgré ce fil rouge des primaires des élections présidentielles, la pièce ne parle pas tant que ça de politique. Il est question ici d’ambitions, de coups bas, de pouvoir, d’amitié, de sexe… Des histoires transposables à tous les milieux, au fond.

Les (nombreux) personnages se dessinent et se défont de façon flagrante sous nos yeux. Avec en tête Raphaël Personnaz qui campe Stephen Bellamy, cet attaché de presse d’abord impressionnant puis très vite à bout de souffle et affaibli par ses adversaires et ses propres erreurs. Son jeu est physique. On le sent transpirer et perdre pied.

Autour de lui, des comédiens hors pair dont deux rôles féminins remarquables : Elodie Navarre en journaliste sûre d’elle et prête à tout pour un scoop, et Roxan Duran en stagiaire éprise de l’arrogant Stephen Bellamy mais dont le personnage s’avère plus mature qu’une simple aguicheuse.

Les cartes du pouvoir_photo

©Laurencine Lot

Les cartes du pouvoir_photo

Le décor sobre et moderne les met en lumière et nous laisse voir de l’intérieur leurs plus grands tourments dans cette quête de pouvoir. Les musiques entrecoupant les scènes, bien qu’elles soient parfois en décalage avec ce qu’on vient de voir, ajoutent ce qu’il faut au drame et à cette atmosphère sans pitié.

Je recommande chaudement.

On regrettera simplement l’horaire de 21h qui peut jouer un peu sur notre attention après une (dure) journée dans les pattes…

Les cartes du pouvoir_photo2

©Laurencine Lot

Les cartes du pouvoir2

Les cartes du pouvoirLes cartes du pouvoir_photo

Les cartes du pouvoir Les cartes du pouvoir2Les cartes du pouvoir

Rejoindre la discussion

Les amnésiques n’ont rien vécu d’inoubliable

La petite fiche
  • De Hervé Le Tellier
  • Par Frédéric Cherboeuf et Etienne Coquereau
  • Avec Isabelle Cagnat et Etienne Coquereau
  • Au Lucernaire
  • Du Du mardi au samedi 20h, jusqu'au 30 août 2014
  • 4/5

« À quoi tu penses? »

« Je pense que si je te dis que sous cet angle, tu es incroyablement belle, tu vas te vexer. »

« Je pense que tous les champignons sont comestibles, certains une fois seulement. »

Au départ, un livre. A la manière de Georges Perec et ses « Je me souviens », Hervé Le Tellier a rassemblé près de mille réponses à la question « À quoi tu penses? ».

Tantôt phrases d’esprit, tantôt pensées intimes, Hervé ironise, se dévoile, parle du temps qui passe, parle d’elle, parle d’eux…

Il fallait sacrément d’imagination pour mettre en scène ce texte. Frédéric Cherboeuf et Etienne Coquereau en ont eu, avec un supplément de folie qui fait de cette adaptation une très jolie surprise.

C’est dans la baignoire du couple qu’ils ont décidé de nous plonger.  Elle est là, elle le questionne. A quoi tu penses, à quoi tu penses, à quoi tu penses…

Il répond. Ils s’amusent. Ils chantent. Ils dansent. C’est un doux moment d’intimité auquel on assiste, comme une bulle de savon qui flotterait dans l’air pendant une heure. Comme une mélodie d’Alain Souchon dont on ne se lasserait pas.

Il ne faut pas en dire plus et vous laisser le plaisir de découvrir le reste. Le Lucernaire, comme toujours, vient ajouter la touche finale à cette soirée. C’est l’été, prenez votre temps, laissez-vous aller à quelques flâneries dans la librairie à l’entrée, profitez après la pièce d’un bon repas dans l’ambiance chaleureuse du restaurant et n’oubliez pas de sourire à la joyeuse équipe de ce théâtre atypique.

En bonus, l’auteur de la pièce propose à l’étage une exposition qui vaut le détour : l’Herbier des villes. Il nous invite à observer comme dans un musée les objets de notre quotidien, perdus çà et là dans les rues.

Vous faut-il une raison de plus pour réserver dès maintenant?

Allez, je pense que vous ne le regretterez pas.

 lucernaire.fr

Rejoindre la discussion
Haut de page