Festival d’Avignon OFF : Rappelle-toi

Qu’est-ce que je regrette de ne pas avoir découvert cette compagnie plus tôt ! On me parle depuis longtemps de La Naïve, grand succès du OFF joué récemment au Poche Montparnasse à Paris, mais j’étais loin d’imaginer l’énergie que j’ai vue hier.

La deuxième création de la compagnie Carrozzone Teatro, Rappelle-toi, nous emmène au cœur de l’Italie, à la rencontre de Nadia et de son frère Giacomo. Nadia vit seule avec son père, Giacomo est parti depuis quelques années et ne veut plus entendre parler d’eux… Mais quand la maladie s’installe dans la famille, Nadia décide de partir à la recherche de son frère… et de son passé. Pourquoi Giacomo a peur d’être enfermé dans les toilettes? Qu’est-il arrivé à leur mère? Pourquoi leur père est-il si égoïste et si froid?

Rappelle-toi_photo

Rappelle-toi nous dresse un portrait pétillant et intelligent d’une famille pleine de secrets. Elle nous interroge sur le poids du passé et les clefs de notre présent.

C’est drôle, fin et joliment rythmé par les accents italiens des comédiens. Le jeu est exagéré mais jamais exaspérant. Le côté burlesque est ici maîtrisé à la mimique près.

La pièce commence comme une très bonne comédie, dans la salle ça se marre. Fabio Marra a ce talent de nous faire rire, de bon cœur, mais de ne jamais perdre son objectif: nous toucher, nous faire réfléchir. Il déclenche nos sentiments par le rire. Petit à petit, une fois notre attention captivée et nos tensions relâchées, il installe l’histoire et distille progressivement l’émotion… Je ne vous cache pas que j’ai fini en larmes et je ne sais pas si c’est l’effet Avignon, mais je continuais même à pleurer en sortant de la salle.

Je vous recommande vivement de trouver une petite place pour Rappelle-toi dans votre planning du festival.

Pour les parisiens, je ne manquerai pas de vous prévenir dès que l’une des pièces est programmée. Ils ont en projet de s’installer de nouveau au Poche-Montparnasse. Ils ne savent pas encore s’ils joueront La Naïve ou Teresina, leur nouvelle création. A suivre, assolutamente !

Rappelle-toi_photo2

Rejoindre la discussion

Festival d’Avignon : ma sélection de spectacles

Pas mal de nouveautés cette année dans le OFF, non? Il y a peu de pièces que j’ai déjà vues, et c’est tant mieux !

Mais tout de même, voici une petite pré-sélection de trois spectacles vus, appréciés et vivement recommandés. J’espère que vous aurez l’occasion de les caser dans vos programmes chargés. Si c’est le cas, je serais ravie de recueillir vos impressions.

 

Une vie sur mesure au CINEVOX à 15h30

Une vie sur mesure

 

« Si Roméo avait sa Juliette, Adrien Lepage a sa batterie. 
A mi-chemin entre Forest Gump et Billy Elliot, ce gamin doué, beau de naïveté, vit une passion défendue pour son instrument. Cet amour va alors embraser toute son existence et se révéler d’une force exceptionnelle de partage et d’émotion. »

 

C’est LE spectacle dont je parle à qui veut bien m’écouter. Ce seul-en-scène est incroyablement bien pensé. Il traite avec simplicité de la passion, de la différence et de toute la poésie que cela engendre. C’est rare de ressentir autant de sentiments à la fois en un spectacle, réservez sans hésiter.

Et si vous avez déjà apprécié Une vie sur mesure, sachez que Cédric Chapuis signe deux autres spectacles cette année: Dans les draps de Morphée au Petit Louvre, une pièce bouleversante sur le parcours judiciaire d’une femme en quête de dignité, et 23_F côté hublot au Théâtre Notre-Dame, un bol d’amour frais au cœur de ce festival.

 

Motobécane au Théâtre du Roi René à 18h05

Motobécane

« Monsieur Motobécane sillonne les routes de Picardie sur sa mobylette bleue, Amandine huit ans surgit sur sa route et va bouleverser sa vie… »

 

Bernard Crombey est parti d’un fait divers pour nous offrir cette histoire. Seul sur scène, il donne voix à ce paysan naïf surnommé « Motobécane », devenu malgré lui l’accusé montré du doigt. Avec un accent picard et des expressions aussi surprenantes que bouleversantes, il nous transporte dans l’aventure de deux êtres innocents et abîmés. On tend l’oreille, on essaie de comprendre et puis, on craint la suite…
Grand succès du OFF, à découvrir absolument. 

 

La liste de mes envies au Théâtre des Béliers à 17h40
La liste de mes envies
« Enorme succès en librairie – 420 000 exemplaires vendus dans plus de vingt pays – l’adaptation du texte de Grégoire Delacourt triomphe à Paris depuis janvier 2013 ! La Liste de mes envies raconte l’histoire de Jocelyne, mercière à Aras dont le destin bascule subitement après avoir gagné à la loterie. Une histoire simple et délicate. »

 

Encore un seul en scène ! En interprétant lui-même le rôle de Jocelyne, Mikaël Chirinian a trouvé je crois la bonne parade pour nous montrer que La liste de mes envies n’est pas qu’un roman de gare. Cette adaptation donne une particularité touchante à ce récit de femme. A voir, surtout pour la mise en scène.



Je serai sur le festival à partir du 14 juillet. Je vais prendre quelques risques et vous donne rendez-vous ici pour vous en donner des nouvelles !

Et vous, avez-vous des suggestions à nous faire pour nous repérer parmi les 1 200 spectacles ?
Rejoindre la discussion

La Venus au Phacochère

Qu’est-ce qu’on en a parlé de La Vénus au Phacochère ! Les journaux titraient « The Actress » et ne tarissaient pas d’éloge sur Alexandra Lamy. C’est donc avec beaucoup d’attente que j’ai poussé les portes du Théâtre de L’Atelier hier soir…

Seule sur scène, Alexandra nous conte à travers un échange épistolaire l’histoire vraie de Misia Sert, égérie de nombreux peintres de la Belle Epoque. On apprend au fil des lettres à connaître nos trois correspondants du soir. Il y a tout d’abord Thadée Natanson, le mari de Misia. Fondateur de la Revue Blanche dans laquelle officiaient de grands noms de la littérature comme Proust, Gide, ou encore Apollinaire; sa femme n’est pour lui qu’une couverture pour les mondanités. Il laissera d’ailleurs Toulouse-Lautrec la représenter régulièrement pour la première page du magazine. Notre deuxième plume est Geai, la meilleure amie de Misia. C’est un personnage haut en couleur pour qui l’époque est belle, mais surtout libérée. Et enfin, il y a Misia dont la beauté ne laissera pas indifférent un certain Alfred Edwards…

Je ne sais pas si cette énumération de personnages vous fait envie, mais elle est nécessaire pour dire à quel point Alexandra Lamy nous offre une performance bluffante. Elle interprète donc tous ses rôles aux antipodes les uns des autres et son grand écart de personnages nous laisse apprécier toutes les richesses de son jeu. Tout dans sa voix, son regard, ses postures nous fait oublier qu’elle est seule sur scène. Elle incarne cette mondanité propre au début du XXe siècle et nous fait voyager dans le temps. On sent une effervescence intellectuelle parmi laquelle il est difficile de trouver sa place de femme.

 

Je craignais très fort que la pièce s’arrête là, j’ai attendu impatiemment qu’une intrigue s’installe. Ce qui est arrivé pour mon plus grand plaisir. Tardivement, certes, mais c’était peut-être le temps nécessaire pour qu’on s’imprègne des rôles et de l’univers. Il ne faut donc pas faiblir sur les premières minutes, rester attentif et se laisse embarquer. Alexandra Lamy a en plus une diction parfaite, ce qui ne gâche rien. Christophe Lidon avait également signé la mise en scène de Lettre d’une inconnue aux Mathurins. Décidément, ce metteur en scène a une sensibilité qui me touche.

 

Je suis vraiment sortie en joie du Théâtre de L’Atelier, ravie d’avoir appris à connaître cette Misia Sert et son combat pacifique vers la liberté. Devant le théâtre, les discussions fusaient. Mais pourquoi elle a fait ça? Et à ce moment-là… elle l’aimait, vraiment? J’ai apprécié cette écriture légèrement suggestive laissant libre court à nos interprétations.

Je ne peux que vous recommander de foncer découvrir la Vénus et son phacochère, mais dépêchez-vous: vous n’avez plus que 4 représentations.

 

J’écris peu de billets sur les pièces que je vois, mais le sourire d’Alexandra Lamy a réparé ma plume temporairement. Il fallait que je vous le dise : je l’ai trouvée très belle.

IMG_7944

Rejoindre la discussion
Haut de page