Pray For Paris

Demain, nous devions partager un moment chaleureux tous ensemble au Théâtre de Poche-Montparnasse.

C’est avec une grande tristesse que je vous annonce que cette soirée est reportée.

Par sécurité mais aussi par respect et soutien à toutes les familles endeuillées ou attendant des nouvelles de leurs proches.

Nous gardons nos sourires au chaud. En attendant, exprimons notre solidarité et notre force.

Très affectueusement,

Gladys
CTw-0gxWoAAmoBq

Rejoindre la discussion

15 novembre 2015, #GladParty de Poche

GladParty_TPM1

Vous l’attendiez avec impatience, la voici ! Le 15 novembre 2015, la GladParty fait son grand retour et s’invite au Théâtre de Poche Montparnasse.

La GladParty, qu’est-ce que c’est ?

Une rencontre conviviale autour d’un verre entre professionnels du théâtre, passionnés et curieux souhaitant découvrir cet univers.

Le Théâtre de Poche-Montparnasse, un haut lieu de création

Quel meilleur endroit pour fêter le théâtre qu’un théâtre lui-même ? Depuis l’année dernière, la GladParty s’invite dans les théâtres pour les faire découvrir autrement. Pour cette 6ème édition, nous allons oublier un peu les grands espaces et allons nous réchauffer tous ensemble au Théâtre de Poche Montparnasse.

Ses affiches colorées font mouche. Depuis la reprise du théâtre en 2012 par Philippe Tesson, le Théâtre de Poche-Montparnasse s’est très vite affirmé comme un haut lieu de la création théâtrale et a su fidéliser ses spectateurs grâce à la qualité de ses pièces. En témoigne le succès de The Servant, couronné par trois prix en 2015 : prix Beaumarchais du public , prix Laurent Terzieff de la critique et Molière du meilleur comédien pour Maxime d’Aboville ! (La pièce est d’ailleurs encore à l’affiche jusqu’au 8 novembre, foncez découvrir cette atmosphère si particulière.)

 Capture

C’est dans son petit foyer que toute l’équipe nous accueillera. Vous pourrez vous y restaurer et vous délecter de quelques bons vins et cocktails.

La soirée réservera également quelques surprises.

Je tiens à remercier chaleureusement Laurent Codair pour cette collaboration. Je suis ravie de continuer notre tournée des théâtres et de découvrir ainsi les diversités de chacun.

Avec des cadeaux !

Et parce que toutes les occasions sont bonnes pour être gâté, des places de théâtre seront à gagner pendant la soirée.

Comment s’inscrit-on ?

Si je pouvais, je vous mettrais tous dans ma poche, vous le savez bien ! Mais pour une fois, pour des contraintes d’espace et de sécurité, les participations sont limitées. Merci d’inscrire impérativement votre petit nom dans le formulaire ci-dessous. Vous pouvez réserver jusqu’à 4 places par personne si vous voulez embarquer vos amis !

Pour s’inscrire, c’est ici

Vivement le 15 novembre ! N’hésitez pas à faire passer le mot autour de vous. Comme d’habitude, je ferai de mon mieux pour que cette soirée soit mémorable.

Vous pouvez retrouver les photos des précédentes éditions sur Facebook.

Pour résumer :

Rendez-vous le 15 novembre 2015 à partir de 19h30 au Théâtre de Poche-Montparnasse

75, bd Montparnasse 75006 Paris

Inscription impérative ici

Dress Code : votre plus beau sourire

Amis théâtres, venez avec vos programmes et flyers

Si vous souhaitez faire gagner des places pendant la soirée, précisez-le en commentaire dans l’inscription ;-)

A très vite !

Passionnément,

Gladys

Rejoindre la discussion

Finir en beauté

La petite fiche
  • De Mohammed El Khatib
  • Par Mohamed el-Khatib
  • Avec Mohamed el-Khatib
  • Au Théâtre de la Cité Internationale
  • Du Du 28 septembre au 23 octobre
  • À 16€ (billetreduc)
  • 3/5

« Le monde se divise en deux parties égales, ceux qui ont perdu leur mère et ceux qui vont avoir mal de la perdre. »

Mohamed El Khatib voulait écrire un texte à partir d’entretiens réalisés avec sa mère. Le 20 février 2012, la mort interrompt tout. C’est à partir de ses enregistrements personnels à l’hôpital, de documents officiels, de messages téléphoniques, de photographies, de notes de carnet que Mohamed nous parle de cette épreuve de la vie qui l’a fait changer de camp, malgré lui.

Ce n’est pas un comédien qui se tient face à nous pendant 50 minutes, mais bel et bien un fils orphelin qui témoigne. Si une grande sincérité se devine dans sa voix et se lit dans ses yeux, c’est surtout dans les mots qu’elle prend toute sa forme. Des mots simples, des anecdotes d’individus, des faits.

À l’heure où Un obus dans le cœur – récit de cette même perte de celle qui nous a donné la vie, par Wajdi Mouawad, dont Mohamed a été l’assistant – a ému un large public, Finir en beauté propose des mots communs, sans jeu, sans intermédiaire. Que sommes-nous alors ? Toujours des spectateurs ?

J’ai pour ma part ressenti une certaine gêne sur le moment, je n’avais pas envie d’entendre ça comme ça. Plaie trop vive peut-être. Je me suis alors interrogée : notre sensibilité a-t-elle besoin d’être enveloppée de récit pour être touchée sans couler ? La « comédie » explicite apporte une pudeur qui nous laisse spectateur et nous prend moins à partie. On est ici à la frontière du théâtre. Le réel est l’essence même du travail de Mohamed El Khatib et prend une dimension encore plus singulière quand il s’agit de… lui-même. Pris entre une langue médicale hostile et une langue arabe intime, il nous en livre une troisième : frontale.

Quelques mois après (j’ai découvert Finir en Beauté cet été à Avignon), la gêne s’est dissipée et il me reste une sensation douce de ce moment partagé avec Mohamed El Khatib. Fragile mais douce.

C’est un projet fort et une expérience qui dépendra des sensibilités de ses confidents éphémères.

Le Théâtre de la Cité Internationale menacé de fermeture

 

logo

 

Aller à la rencontre de Mohamed El Khatib, c’est aussi, à sa façon, soutenir le Théâtre de la Cité Internationale dont l’avenir semble incertain. Théâtre majoritairement financé par le Ministère de la Culture et par la ville de Paris, il se voit amputé d’une grande partie de son budget : la Fondation de la Cité internationale universitaire de Paris (CiuP) diffère le recrutement d’une nouvelle direction et menace de diminuer son apport financier de près de 55%.
Ce théâtre qui soutient la jeune création, dont la programmation a toujours fait mouche et qui fédère des spectateurs et des artistes de tous horizons mérite notre soutien.

L’article du collectif du théâtre pour en savoir plus.

La pétition à signer.

Rejoindre la discussion
Haut de page